Présentation

Nom du blog :
native american

Description du blog :
l'histoire en images des pionniers de l'amerique et des indiens - images de loups -rapaces -ours

Date de création :
24 février 2009 à 00:00

Date de modification :
16 mai 2013 à 20:01


Découvrez World Music All-Stars!



Statistiques

15 746 Articles
0 Pages
0 Vidéos
119 Commentaires
9 Messages sur le Livre d'or
413 397 Visiteurs au total
1 Visiteur en ligne
121 Visiteurs aujourd'hui
Valid XHTML 1.0 Strict  CSS Valide ! 

trappeurs

Native american

date 14-06-2009 - Voir tous les articles de la catégorie trappeurs trappeurs - com 0 commentaire(s)-

native american
Le métier de trappeur. L'un des principaux moteurs du développement du Canada et de l'Ouest américain fut le commerce de la fourrure. Le nombre de trappeurs est cependant en forte diminution aujourd'hui. Les anciens quittent le métier et il y a peu de jeunes pour prendre la relève. Il y a pourtant encore des gens qui comptent sur les fourrures pour vivre voir survivre, surtout dans les régions éloignées qui n'offrent pas d'autres alternatives (où sont donc les usines à fourrures synthétiques promises par BB et les groupes anti-fourrure?). La réalité est que pour de nombreux autochtones, métis et trappeurs vivant dans les régions forestières et sub-arctiques, le peu d'argent gagné avec la vente des fourrures reste la seule source de revenus, ce métier étant le seul qu'ils pratiquent et ceci depuis des générations. Devenir un trappeur n'est pas un métier qui s'improvise, non seulement à cause de l'investissement financier important que cela représente car les pièges sont chers, mais aussi à cause des connaissances requises. Le nouveau trappeur devra suivre un cours de formation donné par le ministère de la faune du Canada. Par la suite, il devra faire son apprentissage avec un trappeur professionnel avant de pouvoir obtenir lui-même sa propre ligne de trappe. La ligne de trappe. C'est une concession qui permet à un trappeur de récolter des fourrures sur un territoire exclusif situé sur les terres publiques et dans les parcs. Etre un trappeur implique beaucoup de responsabilités. Le trappeur ne piège pas n'importe quoi, n'importe comment, n'importe où et surtout pas avec n'importe quoi. Ce n'est pas non plus un homme qui fait souffrir les bêtes contrairement aux idées trop souvent véhiculées par certains médias qui du reste ne se préoccupent pas beaucoup de donner la parole aux trappeurs. Le but du trappeur n'est pas de vider son territoire de toute sa faune à fourrure, mais d'y prélever annuellement un certain nombre de bêtes de sorte que l'année suivante, ce même nombre puisse être prélevé de nouveau, et ceci indéfiniment ; c'est cela la récolte de fourrures. Les fourrures faisant partie des ressources naturelles renouvelables, un mot qui devient tant a la mode aujourd'hui.

Auteur Cochise67


Native american

date 03-04-2009 - Voir tous les articles de la catégorie trappeurs trappeurs - com 0 commentaire(s)-

native american
Les trappeurs Entre 1820 et 1860, c’est l’âge d’or de la fourrure. 2 000 à 3 000 trappeurs vivent dans les Rocheuses. Les « Moutain Men » traquent le castor, le lynx et l’ours. Au printemps, ils descendent dans une vallée pour « le rendez-vous ». Ce mot d’origine française traduit l’importante présence de Canadiens français parmi les trappeurs. Là, ils échangent les fourrures contre tout le nécessaire à leur survie. Fascinés par le mode de vie des Indiens, ces hommes deviennent des traceurs de piste remarquables et épousent souvent des Indiennes.

Auteur Cochise67


Native american

date 29-03-2009 - Voir tous les articles de la catégorie trappeurs trappeurs - com 0 commentaire(s)-

native american
Un trappeur parfois dénommé « coureur des bois » ou « voyageur », est un chasseur professionnel de l'Amérique du Nord pratiquant le piégeage (ou trappe) pour vendre « l'or brun », c'est à dire la fourrure. L'espace entre Québec et Montréal était au début de la colonisation française essentiellement occupé par les tribus Amérindiennes. Dans les années 1650-1660, les commerçants français commencèrent toutefois à se rendre dans la « profondeur des bois » afin d'y troquer leurs marchandises contre des peaux de castor. Ce type d'échange illégal était d'une part un moyen d'échapper à la concurrence au sein de la colonie ainsi que l'occasion de rencontrer des femmes, si peu nombreuses dans les colonies. Face à l'accroissement de l'exode vers les bois, le roi légalise cette activité en 1861 afin de pouvoir contrôler son développement. Il met en place un système de permis qu'il délivrait aux « voyageurs ». A la fin du régime français, on compte encore près de 700 engagés qui louent chaque saison leurs services à des marchands. Appelés les « Indiens blancs », les trappeurs/coureurs des bois adoptent pour beaucoup le mode de vie des populations autochtones, se marient avec des Amérindiennes par exemple, donnant ainsi naissance aux premières générations de métis. Beaucoup de trappeurs sont restés anonymes. Néanmoins, on peut citer quelques noms célèbres: Jean Cadieux, Nicolas Despatis,... Cette activité a aussi été immortalisée par des romans d'aventure. Le métier de trappeur est toutefois de moins en moins pratiqué, menacé de disparition par une réglementation de plus en plus sévère concernant la chasse et le commerce des fourrures.

Auteur Cochise67



Horloge du jour

Derniers messages du livre d'or

Album Photo

Galerie Vidéo

Derniers commentaires


Google Plus


2011-11-14+2

Publicité native american

Créer un blog Images pour blog

Un Blog des Blogs jblog est une plateforme logicielle en ligne gratuite qui facilite la publication d'un blog. C'est un service qui offre une multitude d'outils à des personnes de publier du contenu sur le web blog musique blog humour blog mode blog perso blog animaux sky blog, blog image blogger faire son blog gratuit Annuaire… de blogs sur internet